etudiants en pharmacie a vos plumes

echanges entre etudiants en pharmacie
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Délire privé de 21 piges !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bluearrows
graine de posteur
graine de posteur
avatar

Nombre de messages : 64
Date d'inscription : 31/10/2005

MessageSujet: Délire privé de 21 piges !   Sam 29 Juil - 8:00

(Oui cette note est longue. Râlez pas, de toute façon je ne risque pas de poster avant longtemps … Il vous reste le choix de ne pas lire, ou celui de descendre d’une ou de deux notes, y’a des … voyez ça vous-même Wink … Ne cherchez pas, le sens logique du texte, y’en a pas lol! Un jet de folie perso, comme on a tous parfois, qu’on voudrait mieux expliquer mais que ça sort pas …Et on ne s’en sort pas ! Un psy dans le coin, oui, non …bon)
En me réveillant aujourd’hui, après une éreintante nuit de garde à l’hôpital, au service des urgences chirurgicales (première expérience volontaire dans le genre, précision : je ne suis pas médecin !) , je m’apprêtai à rédiger un petit quelque chose de cette nuit de folie dans mon cher diary ! Soudain en allant écrire la date je me suis rappelée qu’aujourd’hui, bah je clôture ma vie de 20 ans !!
Un vague début d’embryon d’idée me vain à l’esprit : « pourquoi ne pas mettre un brin de ce délire pagailleux dans l’espace de ce cher nouveau modo, hein Redounet…je ne pense pas que ce soit une acrobatie des numéros du saltimbanque mais comme je sais que mon sujet ne sera adéquat nul part, je m’incruste ici »
Que dire, que choisir, raconter ma nuit aussi exaltante, excitante que frustrante ou ma frustration tout court :
Mon dieu je vieillis !...Y’a le vide devant…Y’a le retour des molécules, parce que la volonté ne peut rien contre la biologie
Cette frustration me revient en écho, qu’elle soit perpétuelle, de fond, ou lourdement passagère…Peu importe la gravité de ce qui la cause, elle est là présente, du genre à me vider l’intérieur, à clouer ma moindre respiration, au pilori insupportable…souvent déniée parce que pas vraiment explicable … l’incapacité à trouver une raison précise, « honorable » à cet état doloroso ! Est-ce la peur de vieillir ? de mourir ? de souffrir ? Non la vie est éphémère et ma récente expérience me rappelle bien que l’age n’a pas d’importance, ça n’épargne personne !
Oh mais je me prends la tête ! Cette nuit m’a déboussolée… Chers confrères, savez vous ce qu’un jeune interne ressent en de telles circonstances ? Je me le demande !
Je dirai personnellement qu’avoir été dans la peau d’un interne en médecine hier me faisait penser à une balle, oui oui, une balle de ping pong molle, balancée bien fort en aller-retour entre deux murs bien rodés, parfois trois : le box d’urgences chirurgicale que je peinais à définitivement abattre et la pharmacie au bout du couloire, le troisième pouvait être par moment la salle de réanimation contre laquelle je ne pouvais rien, ou le box de médecine interne… certe personne ne m’obligeait à faire quoi que se soit mais je me laissais guider par le courant : « mets les gants et viens couper les contres nœuds de chaque point de suture », « va chercher le fil de suture dans le box de pharmacie, y’a plus rien ici, et des gants aussi, y’en a plus », « ramène les compresse et sorts le plateau des ciseaux du stérilisateur » , « va à la salle de rea et cherche le flacon d’huile de vaseline _ pourquoi faire ?_ pour enduire la sonde, tien tu la fera glisser toi-même, je t’assisterai ! _ Quoi mais ehh je ne peux pas ! C’est moi qui suis sensée t’assister , tu me piques mon rôle éw!! bon ok...je risque de saloper le boulot , burk !»
« Rassure toi cool-pharma ( c’est le surnom que m’a donné le groupe^^), il ne faut pas avoir la trouille, on se lance et on apprend ! »
Oui , la trouille est une saleté qui coupe les jambes de l'optimisme le plus connement forcené, qui cloue sur place les tentatives de pensées urluberlutes, les "ça va finir bientôt".
Parlant de couper et de clouer, mince, un pauvre gars transféré directement en neurochirurgie, le visage, les mains et le pull rouge de sang, mais que lui ait il arrivé ?? Bah, il a été sauvagement agressé par un cordonnier, qui l’a littéralement défigure avec son couteau pour une histoire de Sebatt…incroyable mais vrai !!!!
Comme si la fatigue, le ras le bol et la douleur ne suffisaient plus pour déformer le visage et le corps, la flippe-panique se ramène, pour crisper ce qui reste de souple sur ma tranche … mais où est passé le résident ?! ….Il dort !
Ca y’est, elle est là, la peur, polaire…Ca y’est elle me fait sourire de travers ! Oh ma blouse est mouchetée de rouge et je n’ai même pas de tenue de bloc, moi !
Ca ne fait rien, le moucheté est tendance dans cet hôpital !
Soudain ! le calme absolu, plus personne ne vient ! Qu’est ce que c’est bizarre !!! Mais on s’ennuie dites donc ! je vais voir ce qui ce passe de le box de réanimation…un clochard c’est ramené avec une p*** presque nue qui était en pleine crise respiratoire, une asthmatique sans doute, et qui était tombée de ça longueur au bar et avait probablement un traumatisme cervical ! bref il la balança et se cassa aussi tôt !
J’entendis des commentaires de l’infirmier qui se plaignait : « Quelle honte mais quelle honte, comment je vais faire avec cette merdeuse ici, tout le monde dors dans ce service ou quoi ! y’a pas de place pour elle ici » … on s’occupa d’elle certes mais les regards méprisants flottaient dans l’air, à cette heure ci( aux environs de 4h ) on a la tête lourde et on laisse libre cours à nos réflexions puériles, je m’efforçais de masquer mon état de choc devant les autres mais c’était trop difficile, pourtant j’estime qu’il est essentiel de s’occuper de chaque malade au même titre, sans préjugés … mais ce n’est pas facile pour tout le monde !
Après de nombreux malades qui affluaient au box d’urgence, les suspicions d’appendicites, les entorses, emorroides , les plaies nécessitants des points de sutures, les gaz au colon, les fractures ça devenaient trop banales !
Maintenant j’ai une meilleure approche de ce que vous endurez, confrères médecins mais aussi du plaisir que vous éprouvez en soulageant un patient de son mal !
Ah j’ai vécu mes vingt ans intensément cette année, j’ai découvert des plaisirs dont je ne soupçonnais pas l’existence, des actes dont je me croyais incapable mais je la clôture vraiment fort, pour « la dernière nuit de mes 20 ans » !!!
PS : Merci à l’équipe du CCA d’urgence avec lesquels j’ai passé une excellente garde, même si il parait que c’est l’une des moins agitées :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ines
moderateur
avatar

Nombre de messages : 608
Age : 30
Localisation : ici et la
Date d'inscription : 16/11/2005

MessageSujet: Re: Délire privé de 21 piges !   Sam 29 Juil - 8:13

chapeau miss! je ne sais pas si je serai capable de faire ce que t'as fait ( je ne crois pas l'étre) ça a du étre une nuit choc pour toi!! et joyeux anniversaire Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RED
moderateur


Nombre de messages : 127
Date d'inscription : 27/11/2005

MessageSujet: Re: Délire privé de 21 piges !   Dim 30 Juil - 16:42

Bon je contacte les producteurs d’Urgences, un scénar’ tout feu tout flamme vient de sortir du four ^^, non sérieux, ça a l’air d’aller à 100 à l’heure dans ces urgences, normal je trouve, ce sont des urgences, je pense que les autres blocs devaient être assez peinards cette nuit là, mais on se rend bien compte de la difficulté à la quelle nos confrères médecins doivent faire face et cela chaque nuit.

Citation :
...il a été sauvagement agressé par un cordonnier...

On ne le dira jamais assez, faites gaffe aux cordonniers ^^, aux clowns aussi, « Il, est revenu » m’a traumatisé T_T .

Des histoires comme celles du clochard et de la fille de joie (on va dire) se répètent, je pense tous les soirs, c’est comme ça dans les grandes villes, c’est comme diraient les Daft Punk « Big City Night » mais chaque histoire reste émouvante, choquante et triste à la fois, ça ouvre les yeux sur d’autres facettes de notre société, mais dans un hôpital on ne juge personne, on soigne et c’est le plus important !

Citation :
Maintenant j’ai une meilleure approche de ce que vous endurez, confrères médecins mais aussi du plaisir que vous éprouvez en soulageant un patient de son mal !

Je pense aussi que c’est ce qui leur donne la force de revenir chaque lendemain, je pense que le salaire aussi joue un rôle ^^, Ah oui ! Le sommeil aussi (c’est qui ce résidant ?! On veut des noms ^^)


Enfin joyeux anniversaire Bluearrows, excellent le texte, j’aime beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Délire privé de 21 piges !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Délire privé de 21 piges !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FAQ (à lire avec attention, sous peine d'écartèlement)
» [A lire] Le Renard et la Louve
» [Jeux/Réflexion] Psycho-délire
» Quand les Flots se lèvent... [BG - Récit à lire]
» Bribes. [Récit à lire]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
etudiants en pharmacie a vos plumes :: Bouffée d oxygene :: La taverne magique :: Les numéros du saltimbanque-
Sauter vers: